K( )SA

Solo chorégraphique pour tout public à partir de 12 ans – 52 min

 Créé le 3 novembre 2020

au Vivat -scène conventionnée d’intérêt national art & création à Armentières (59)

 

Une version courte de 30 minutes destinée au public scolaire à partir de CP a été créée le 21 mai 2021 au théâtre de la compagnie de l’Oiseau-Mouche et est disponible à la diffusion.

Chorégraphie et performance : Scheherazade Zambrano Orozco
Régie générale et création lumière : Rémi Vasseur
Création sonore : Greg Leteneur et José Navarro
Dispositif Son : Adrien Dauvergne
Costumes: Perrine Béague et Perrine Wanegue
Conception scénographique : Michelle Bruce et Rémi Vasseur
Regard extérieur : Valérie Oberleithner/ Fabrice Guillot/ Kate Lawrence
Coordination générale : Marcelle Bruce
Production : La Malagua
Co-production : Superamas (Happynest#3) et la Compagnie de l’Oiseau-Mouche (dans le cadre du dispositif une artiste, un territoire).
Cette création a bénéficié du soutien de la Région Hauts-de-France
Accueil en résidence :  Le Vivat / L’échangeur CDCN Hauts-de-France / Centre Régional des Arts du Cirque de Lomme / Théâtre Jacques Tati / Maison de l’Art et de la Communication de Sallaumines / Les Fabriques de la Ville de Nantes / CCN Ballet du Nord / Pôle de Danse Verticale / Mise à disposition du studio par Le Gymnase-CDCN.

Grâce au Vivat, scène conventionnée art et création et à l’UNADEV, le spectacle est proposé avec une audio-description.

Captation du spectacle et dossier sur demande à : contact@lamalagua.org

« Kosa » veut dire « voler » en langue totonaque. La danse des « voladores » (hommes volants) est une tradition amérindienne originaire du Mexique. La cérémonie rituelle des « voladores » est une danse pour demander de la pluie aux dieux  pour la fertilité de la Terre. 
K( )SA est la première partie d’une trilogie de soli chorégraphiques qui prend sa source de la cérémonie des voladores pour mettre en dialogue nos rituels ancestraux avec nos rituels contemporains à partir de l’expérimentation avec de l’eau comme matière et sa relation avec le corps dans différents états.
Dans ce premier solo, Scheherazade met en corps des questionnements sur nos liens au cosmos et à nos origines. Qu’est-ce que nous soutient ? A quoi nous accrochons-nous ? 
A partir d’une recherche sur le corps en suspension et le corps sous l’eau, K( )SA expérimente sur notre posture et sa relation avec notre milieu. Comment le rapport entre matière et densité nous fait ressentir un changement dans la façon de faire l’expérience de la gravité ; d’être ? Comment ce ressenti change-t-il notre rapport au milieu ?